Covid-19 : Biendi Maganga veut sécuriser les importations en provenance du Cameroun

Réagir

A Meyo Kye et à Eboro, deux localités frontalières du Cameroun, un quai de transbordement des produits vivriers et une aire de traitement du bétail sur pied seront construits. Les travaux de construction qui devraient durer un mois sont à l’initiative du ministère de l’Agriculture dans le cadre d’un projet visant à garantir la sécurité sanitaire et alimentaire du pays.

En mission dans la province du Woleu-Ntem, du 24 au 26 avril, le ministre de l’Agriculture est allé finaliser l’implantation du projet de construction d’un dispositif de prévention des risques zoonoses et phytosanitaires à Eboro et Meyo Kye. Les travaux qui seront exécutés par le Génie militaire, avec la maîtrise d’ouvrage de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa), devraient démarrer cette semaine pour une durée d’un mois.

Il s’agit concrètement de la construction d’un quai de transbordement des produits vivriers à Eboro et d’une aire de traitement du bétail sur pied à Meyo Kye. Elle servira au stockage des produits animaliers avec à la clé, la construction d’un abattoir pour coucher les bœufs en provenance du Cameroun. A en croire le ministre de l’Agriculture, le quai et l’aire renforceront le respect des mesures sanitaires prises pour freiner la propagation du Covid-19, mais également améliorer la qualité des aliments admis au Gabon, organiser leur transformation et leur packaging tout en fluidifiant leur écoulement.

L’objectif, à en croire Biendi Maganga Moussavou, est de respecter deux principes fondamentaux du gouvernement : assurer la sécurité sanitaire à Eboro en évitant que la mesure de fermeture des frontières ne soit violée. Mais surtout, assurer la fluidité des échanges entre le Gabon et le Cameroun. «Le poste de frontière d’Eboro revêt une importance stratégique pour nous à cet égard, tout comme le poste frontière de Meyo Kye. Le poste frontière d’Eboro va être lui destiné à renforcer les infrastructures en matière de gestion des produits vivriers tandis que celui de Meyo Kye sera consacré à toute la partie animalière», a-t-il précisé.

Ce projet, a-t-il fait savoir, intègre le plan stratégique du ministère de l’Agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’alimentation qui sera «dévoilé prochainement et qui vise à garantir la sécurité sanitaire et alimentaire pour tous, en diminuant les importations hors Cemac et en favorisant la production et les exportations gabonaises dans les secteurs compétitifs».

Source: https://www.gabonreview.com/