Covid-19 : l’Afrique sur la carte mondiale de l’innovation

Réagir

Dans la lutte contre le Covid-19, l’Afrique n’est pas en reste pour imaginer des solutions que l’on peut découvrir dans une carte interactive dédiée.

Par Sylvie Rantrua

C’est visuel, interactif et utile. La carte mondiale de l’innovation pour lutter contre le virus Covid-19 a été lancée, le 8 avril, par StartupBlink, en partenariat avec l’Onusida et Moscow Agency of Innovations. « Cette carte répertorie des centaines d’innovations et de solutions venues des quatre coins du monde. Elle permet de soutenir et de renforcer la riposte au Covid-19, d’aider les personnes à adapter leur style de vie au cours de la pandémie, mais aussi de mettre en lien des créatrices et créateurs afin de favoriser la collaboration sur des solutions », précise l’Onusida. Elle fournit des informations dans cinq catégories : prévention, diagnostic, traitement, information, ainsi qu’adaptation de la vie personnelle et professionnelle. Les solutions de télésanté, de livraison de médicaments à domicile sont également listées.

« Nous faisons face à un défi d’une ampleur inédite et nous devons travailler ensemble pour rassembler les meilleures idées afin de combattre le virus. Coronavirus Innovation Map vise à fournir une plateforme aux innovatrices et innovateurs, à chacune et chacun d’entre nous, afin d’encourager la collaboration et l’engagement au sein de la riposte », a précisé le directeur du bureau de l’innovation de l’Onusida, Pradeep Kakkattil. Tout le monde peut s’emparer de cet outil, fonctionnaires, dirigeants de société, entrepreneurs, investisseurs, pour lutter contre la pandémie et ses conséquences économiques.
Les initiatives se multiplient
Sur les quelque 500 innovations répertoriées, l’Afrique reste sous-représentée avec 14 innovations répertoriées. Cependant, il faut aussi préciser que la grande majorité des innovations sont concentrées aux États-Unis et plus particulièrement en Californie (89 innovations). La carte n’en mentionne que 5 pour le Japon, 4 pour la Corée du Sud ou 8 pour l’Inde.
Plusieurs initiatives innovantes en Afrique concernent la prévention, comme au Nigeria où Arone construit des drones autonomes pour la livraison rapide de fournitures médicales pour les cliniques, les hôpitaux, les laboratoires et les établissements de santé en Afrique. En Tunisie, SeekMake fabrique des écrans faciaux, des lunettes de protection et des valves pour les hôpitaux en utilisant son vaste réseau d’imprimantes 3D. Enfin, une application marocaine est mise en avant, Blink Pharmacie, qui permet aux pharmaciens de passer directement une commande auprès des grossistes et des laboratoires.
Informer
L’information joue aussi un rôle capital dans la lutte contre la pandémie. Sehatuk-bot, un chatbot, développé par la société marocaine Dial Technologies, répond aux questions sur la prévention, les symptômes et donne des informations générales sur le virus. En Tunisie, Comycode (une école de codeurs) a développé N3awen.com, une plateforme qui centralise toute l’aide disponible, principalement à l’attention des hôpitaux. Toujours dans la même catégorie de l’information, ou plutôt de la désinformation, Defusor, en Tunisie, est parti en lutte. « Depuis mars 2020, nous lançons l’initiative de prévention de la désinformation Covid-19 pour détecter, signaler et démystifier le contenu nuisible et les fausses informations lors de cette crise », précise le site.
Diagnostiquer
Dans le domaine du diagnostic, SmartHealth au Kenya a développé un outil d’évaluation des risques Covid-19 et, en Égypte, Rology, une plateforme de téléradiologie à la demande, résout le problème de pénurie de radiologues, en proposant un diagnostic du Covid-19 grâce à l’intelligence artificielle. Au Ghana, l’application Redbird offre un outil de diagnostic de télésanté pour le Covid-19. L’application est un moyen pour chaque personne de déclarer elle-même ses symptômes, ou leur absence, avec son numéro de téléphone et son emplacement. La solution permettra aux responsables du Ghana Health Service de voir sur une carte en temps réel là où les patients déclarent leurs symptômes afin de suivre directement les patients à haut risque. Cela leur offre une alternative numérique aux hotlines débordées pour le triage et le suivi.
Financer
Au Nigeria, le CcHUB, l’un des plus grands incubateurs d’innovations technologiques d’Afrique, propose de financer et de soutenir la recherche et la conception de projets liés au Covid-19. Son PDG, Bosun Tijani, a lancé mi-mars un appel à soumission de projets. Depuis, le CcHUB a débloqué un financement d’environ 11 000 dollars et accompagne 5 start-up : un outil de triage et une application de télémédecine de Wellvis, une application de livraison de produits alimentaires en vrac de Pricepally, des informations sur le virus par Capital Power Multimedia, la production de 1 000 écrans de protection faciale par S-band ainsi que la production de 1 000 masques médicaux par The Assembly Hub.
En Ouganda, le Covid-19 Knock-Down Innovation Challenge a été lancé pour développer des solutions afin d’atténuer l’impact que ce virus aura sur l’économie du pays. L’objectif est identique pour la start-up ougandaise SaveMySME, qui aide les dirigeants de PME à faire face et à s’adapter à l’impact de la pandémie. « Notre objectif est de remettre sur pied l’économie, de sauver des millions d’emplois », précise le site qui propose aide et conseils personnalisés. Enfin, en Éthiopie, un certain nombre de développeurs se sont réunis en réponse à l’appel du gouvernement pour travailler sur des activités liées à la pandémie.
« La plateforme permet d’échanger des idées ou d’entrer en contact avec des actrices et acteurs de l’innovation. Nous constatons que des solutions et des innovations existantes sont détournées de leur finalité première et fournissent de bons résultats contre le Covid-19. Nous avons la conviction que la plateforme va mettre plus rapidement les nouvelles solutions entre les mains de celles et de ceux qui se trouvent en première ligne de la riposte », a expliqué Eli David, le PDG de StartupBlink. Cette carte fonctionne comme une base de données où les innovations recensées sont ajoutées par les équipes de recherche de StartupBlink et ses partenaires, mais aussi grâce au crowdsourcing de la communauté mondiale.
En fait, bien d’autres exemples africains pourraient être répertoriés sur cette carte de l’innovation pour lutter contre le Covid-19. On peut citer le Ghana Tech Lab qui s’est associé à Young Africa Works de la Mastercard Foundation pour offrir des solutions locales de 10 000 dollars pour soutenir la lutte contre la pandémie, mais aussi sept entreprises technologiques nigérianes qualifiées pour un financement de démarrage après avoir participé au Covid-19 Innovative Challenge (CIC), ou encore la start-up camerounaise d’e-santé OuiCare qui a rapidement adapté sa plateforme pour fournir aux utilisateurs un accès aux informations et aux ressources pour lutter contre la propagation du virus. « En fait, n’importe qui peut suggérer une initiative à ajouter ! » précise StartupBlink.
Reste à le faire…

Source:https://www.lepoint.fr/