Port-Gentil: il s’évade de prison en se faisant passer pour un détenu gracié

Réagir

La fourberie de Ronny Marty Moukoumbi et son complice béninois Martino Alawo pourrait leur coûter cher. En effet, selon  le quotidien L’Union dans sa parution de ce lundi 27 avril 2020, ces deux détenus aurait monté un subterfuge qui a permis au premier cité d’usurper l’identité de Darcy Migouni afin de bénéficier de la grâce présidentielle. Après avoir été découvert, le mis en cause a été cueilli dans les rues de Port-Gentil où il avait repris sa vie en lieu et place d’un autre. 

Condamné à 10 ans de prison pour tentative de viol avec violences Ronny Marty Mikoumbi semble n’avoir pas compris la leçon. En effet, lors de la libération de 81 prisonniers à la prison centrale de Port-Gentil pour cause de Covid-19, ce dernier aurait réussi à tromper la vigilance des matons en usurpant l’identité d’un prisonnier relaxé en l’occurrence Darcy Migouni dont la peine restante était de 4 mois. 

Le jour de la cérémonie solennelle de libération, Ronny Marty Mikoumbi aidé par Martino Alawo un ressortissant béninois aurait réussi à prendre la poudre des champs en portant une capuche fournie par le dernier cité. Une fois hors de la prison du château, il aurait contacté sa mère. Heureuse, cette dernière conduit son fils vers un tradipraticien afin de procéder à une séance de purification. A la suite de laquelle, elle lui remit de l’argent pour se réinsérer.

Parallèlement, à la prison du château la supercherie est découverte. C’est alors que le directeur de la prison décide de saisir le B2 afin de retrouver la trace du fugitif. Les investigations n’ont pas mis longtemps car Ronny Marty Mikoumbi serait aussitôt reparti à ses habitudes. Il a été arrêté chez son ami Apapa à Île Mandji. Le mis en cause a avoué avoir été accompagné par Martino Alawo qui lui aurait remis la capuche et aurait simulé de le reconnaître sous le nom de Darcy Migouni. 

Reconduit à la prison centrale pour purger sa peine, Ronny Marty Mikoumbi a retrouvé son complice. Leurs peines pourraient être aggravées en raison du nouveau chef d’accusation. Quant à Darcy Migouni, il a enfin bénéficié de la grâce présidentielle dont il avait été privé par la fourberie des deux taulards. Nul doute que cet épisode devrait appeler les autorités pénitentiaires à redoubler de vigilance afin de ne pas retomber dans les mêmes travers. 

Source: www.gabonmediatime.com