Covid-19 : le Gabon booste sa capacité de prise en charge des malades

React

Au moment où le pays fait face à une seconde vague de l’épidémie avec un nombre de nouveaux cas positifs sans cesse croissant, les autorités annoncent avoir réactivé récemment près de 20 centres de traitement ambulatoires et inauguré un bâtiment dédié exclusivement aux patients Covid-19 au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).   

Au Gabon, la seconde vague de la pandémie de coronavirus n’a pas fini de sévir, au point que beaucoup n’espèrent plus revenir aux 50 nouveaux cas quotidiens visés par le gouvernement pour alléger les mesures sanitaires jugées excessives pour certains. Pour ça, il faudra attendre plusieurs semaines, voire des mois si la tendance actuelle se poursuit, avec un taux de positivité légèrement au-dessus de 4%.

Or, sur le plan épidémiologique, selon le Copil, du 3 au 7 mars, le pays a enregistré 371 nouveaux cas positifs sur 8 909 tests réalisés, soit une moyenne de 90 nouvelles contaminations répertoriées par jour. À côté, le nombre de personnes hospitalisées ne faiblit pas non plus. Il s’en compte 72 actuellement, dont 19 ont été admises en réanimation «pour détresse respiratoire», précise les autorités sanitaires qui ont choisi de renforcer la capacité de prise en charge des patients Covid-19.

Nouveau bâtiment au CHUL et traitement ambulatoire

Le week-end écoulé, le Copil a informé que 18 centres de traitement ambulatoire ont été réactivés, particulièrement à Libreville qui compte le plus grand nombre de cas positifs, soit 11 746 cas confirmés depuis le début de la pandémie. Pour les autorités, l’objectif est d’«améliorer la capacité de prise en charge des personnes contaminées».

Pour ce faire, et dans le but d’éviter la saturation des hôpitaux, le ministre de la Santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a procédé vendredi dernier au lancement des activités médicales dans le nouveau bâtiment du CHUL. Ce bâtiment R+1 doté de 80 lits d’hospitalisation et d’une quinzaine de chambres équipées en bonbonnes d’oxygène est «dédié à la prise en charge des cas modérés».

«C’est dire que le gouvernement s’investit chaque jour pour trouver des solutions visant à améliorer le dispositif sanitaire actuel, dans le but de protéger les populations en offrant un accès aux soins de qualité à celles et ceux qui sont malades», justifie le communiqué du Copil.

Source: http://www.gabonreview.com