Gabon : le Covid-19 pourrait faire chuter la croissance à moins de 2 %

React
Nicole Jeanine Roboty-Mbou, ministre gabonais de l’Economie et de la Relance attribue le contexte économique actuel au Covid-19.

Le Gabon déjà confronté à une conjoncture économique difficile du fait de la dépréciation des cours du pétrole qui représente plus de 80% des revenus du pays, projette un taux de croissance inférieur à 2% en 2021. Cette projection à la baisse selon le ministère de l’Economie et de la Relance s’explique par la pandémie du Coronavirus dont le rebond de la contamination a renforcé la déstructuration de l’activité économique, alors que le Gabon tablait sur une croissance de 2,6 % cette année. 

Le gouvernement gabonais a récemment élaboré le Plan d’accélération de la transformation (PAT) de l’économie visant la redynamisation de l’outil de production. C’est dire que le recul de -1,8% du PIB (Produit intérieur brut) enregistré en 2020 devrait se poursuivre en 2021, rejoignant le contexte économique international marqué par une hypothétique reprise de l’économie.  

« Je dois reconnaître qu’à la lumière de la seconde vague de contaminations et compte tenu des mesures que nous avons jugé bon de prendre pour limiter la propagation du virus, un certain nombre de branches d’activité vont voir leur reprise retardée, avec des risques de nouvelles pertes d’emplois et de revenus. Tout cela devrait se traduire par une révision des principales hypothèses retenues dans la loi de finances initiale 2021, notamment une croissance du PIB réel qui pourrait être inférieure à 2% », a indiqué le ministre de l’Economie et de la Relance Nicole Janine Lydie Roboty-Mbou.

En effet, certains secteurs d’activité à l’instar du tourisme, les transports, les infrastructures, l’eau et l’énergie ont durement été frappés par le Covid-19, provoquant l’annulation et le gel des commandes, sans oublier la suppression de plus de 10 000 emplois. Les autorités gabonaises ont mis en place un Conseil national du Plan d’accélération de transformation dont l’un des objectifs est de mieux s’adapter aux contraintes nées de ladite crise sanitaire.

Source: http://www.financialafrik.com