Covid-19 : le patron de Moderna évoque la fin de la pandémie « dans un an »

Réagir

Le PDG du groupe pharmaceutique estime que d’ici là, le monde disposera de suffisamment de vaccins pour protéger l’ensemble de l’humanité.

  • C’est un message d’espoir que délivre le patron de Moderna. Dans une interview au journal suisse Neue Zürcher Zeitung, jeudi 23 septembre, le PDG du groupe pharmaceutique, Stéphane Bancel, estime que, dans un an, le monde devrait voir la fin de la pandémie qui a fait près de 4,55 millions de morts à travers le monde. Selon lui, la planète disposera ainsi, d’ici mi-2022, de suffisamment de doses pour protéger l’humanité entière permettant ainsi un retour à la vie normale.
  • « Si vous regardez l’expansion des capacités de production à l’échelle de l’industrie ces six derniers mois, suffisamment de doses devraient être disponibles d’ici le milieu de l’année prochaine pour que tout le monde sur cette terre puisse être vacciné », a-t-il estimé auprès du journal suisse. Stéphane Bancel compare également les années futures avec le Covid à ce qu’il se passe avec la grippe, avec des rappels réguliers de vaccin nécessaires pour « passer un bon hiver » ou sans vaccin au « risque de tomber malade ».
  • Un vaccin « comme un iPhone »
  • Selon le patron de Moderna, les campagnes de rappel pourraient varier selon l’âge des personnes : une injection par an pour les plus âgées, tous les trois ans pour les plus jeunes et en bonne santé. Pour éviter de multiplier les piqûres, le PDG compte également proposer avec Moderna un vaccin combiné contre la grippe et le Covid d’ici 2023. « Les patients recevraient une seule injection et seraient vaccinés contre plusieurs virus », a-t-il affirmé.

Pour éviter un retour de la pandémie, le chef d’entreprise cherche également à proposer des vaccins « comme avec l’iPhone », avec des mises à jour régulières. Dans une interview au Temps, il a ainsi détaillé : « Chaque année, on s’adaptera aux souches de l’année » en ajoutant « plus de virus comme on ajoute une application à un iPhone ».

Source :http://capital.fr