Covid-19 : une nouvelle étude prouve l’efficacité du vaccin

React

Les personnes qui ne se font pas vacciner ont onze fois plus de risques de mourir du virus que celles qui sont vaccinés.

Alors que le variant Delta est encore majoritaire dans de nombreux pays et que l’efficacité des vaccins a été revue à la baisse après son arrivée, une nouvelle étude confirme tout de même que la vaccination a du sens, rapporte CNN. Les derniers travaux des Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies – CDC), une des principales agences de santé du pays, affichent des résultats clairs : « La vaccination protège des formes sévères et des complications du Covid-19. »

Les CDC se sont basés sur un échantillon de 600.000 cas dans treize États du pays, entre avril et la mi-juillet, et ont comparé leurs études sur deux périodes : la première entre avril et juin, et la seconde entre juin et mi-juillet, où la souche du variant Delta est devenue majoritaire. Les chercheurs l’affirment : les personnes vaccinées ont onze fois moins de chance de décéder du Covid-19 que celles qui ne le sont pas. Même constat pour les hospitalisations : les personnes non vaccinées ont dix fois plus de chance de se retrouver à l’hôpital que les individus étant complétement vaccinés.

75 millions de non-vaccinés

Et parmi les vaccins, note les CDC, Moderna a une efficacité de 95% contre les hospitalisations. C’est mieux que Pfizer/BioNTech (80%) et Johnson & Johnson (60%). Avec le variant Delta, l’efficacité diminue légèrement chez les plus de 75 ans, ce qui n’avait pas été constaté avant, mais son efficacité reste de 76%, selon l’étude, contre 89% pour les moins de 75 ans. Ces travaux des CDC ont été publiés au lendemain de l’annonce du président Joe Biden, qui a étendu la vaccination à deux tiers des salariés américains. La situation sanitaire dans le pays est contrastée, alors que 75 millions de citoyens ne sont toujours pas vaccinés et que les contaminations repartent à la hausse.

Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a pointé du doigt les « 160.000 cas par jour » dans le pays. De son côté, le gouverneur du Tennessee, Bill Lee a reconnu que « la vaccination était la meilleure solution pour lutter contre le virus », mais que l’approche « musclée » du gouvernement n’était pas bonne. Depuis vendredi, les amendes pour non-port du masque dans les transports ont doublé. Reste maintenant à vacciner une partie des jeunes aux États-Unis. Pour l’heure, 43% des 12-17 ans le sont complètement, avant peut-être de vacciner la classe d’âge inférieure.

Source :http://capital.fr