Gestion du Covid : Le Pr Raoult bluffé par le Gabon

React

Retourné à Marseille après une mission au Gabon à l’invitation du Centre international de recherches médicales de Franceville (Cirmf), le Pr Didier Raoult s’est livré au Bulletin d’information scientifique de l’IHU Méditéranée-Infection quant à ce séjour. Continuant de réfuter les discours pessimistes contre l’Afrique, le microbiologiste s’est dit bluffé par la gestion du covid dans ce pays «sous-développé». «J’ai été impressionné», a lâché l’homme, connu pour son franc-parler, mettant le dynamisme du Gabon en rapport avec la France.

À Marseille en France où il a repris le cours de sa vie, le Pr Didier Raoult a un bon souvenir du Gabon. La semaine dernière, il a séjourné pour la première fois dans ce pays d’Afrique centrale à l’invitation du Centre international de recherches médicales de Franceville (Cirmf). Là-bas, dans le haut-Ogooué, il a participé à un sommet scientifique sur le transfert des microbes des grands singes vers l’homme. «Sur place à Franceville, j’ai été impressionné par la rapidité de la mise en place des outils qui, dans certains cas, ont été plus rapides qu’en France», a confié, le 7 septembre, le microbiologiste osant la comparaison avec la France, en s’exprimant sur la gestion du Covid-19 au Gabon.

«En février/mars ils ont commencé à faire des tests covid, ils ont commencé à faire des séquences variantes à partir de mai», a-t-il ajouté parlant du pays où, le premier cas de Covid-19 a été déclaré le 12 mars 2020 après des analyses du Cirmf. Un an après, il se dit «très impressionné par la gouvernance au niveau du pays» concernant la prise en charge du Covid-19. «Les ministres que j’ai rencontrés étaient d’un niveau inattendu pour moi», a déclaré le microbiologiste qui leur reconnaît une très grande qualité de formation et d’intervention. «Des gens qui ont un niveau technique incontestable et des capacités techniques qui me paraissaient être, en mai 2020, supérieures à pas mal de CHU français», a-t-il commenté toujours dans une logique de comparaison entre le Gabon et la France. La comparaison du dynamisme du Gabon à la France, par l’enfant terrible de la période covid, se fonde sans doute sur le discours misérabiliste véhiculé quant à l’Afrique en matière scientifique et médicale.

«Se départir de cette arrogance française»

Dépréciant ce discours, l’homme qui s’attendait peut-être à trouver des ‘tocards’ au Gabon recommande relativisation : «je pense que là comme ailleurs, il faut être modeste. Il faut regarder ce que font les gens et arrêter de prendre les gens pour des sous-développés». «C’est une vraie leçon du Gabon», a lâché le professeur. Selon lui, les chargés de la riposte au Gabon lui ont présenté un travail d’évaluation du traitement selon les indications de la France. «Pas des traitements à moitié mais associant l’Hydroxychloroquine à 600 mg par jour avec l’Azithromycine avec des résultats qui sont très impressionnants sur le plan de la mortalité et de la guérison», dit-il. «Ils sont complètement autonomes de nous, je ne sais même pas qui faisait ça», a lancé Didier Raoult précisant : «donc on me le présentait parce que j’étais là». «On va continuer à travailler avec eux, à faire des séquences complètes», a-t-il fait savoir.

«Moi je suis très impressionné par la qualité de la réponse qui doit nous faire réfléchir sur leur potentiel», a ponctué le microbiologiste. Parlant de l’Afrique en général, Didier Raoult rappelle qu’une publication avait déjà souligné que, quand le nombre de génomes était ramené au nombre d’habitants, au nombre de morts par le covid, il y avait 14 pays africains qui avaient fait mieux que la France. «Donc, il faut se départir de cette arrogance française, de cette manie de prendre tout le monde pour des imbéciles parce que le monde court, et ils ne cherchent plus nécessairement à nous imiter», a dit le scientifique connu pour son franc-parler. «En particulier quand nos choix sont des choix qui ne sont pas très convainquant», a-t-il conclu.

Source : http://gabonreview.com