L’Afrique toujours loin des objectifs de vaccination contre le Covid-19

Réagir

Pendant l’Assemblée générale de l’ONU, le président américain Joe Biden a convié la communauté internationale à un sommet virtuel pour relancer la vaccination anti-Covid dans le monde. L’ambition est grande : vacciner 70% de la population de chacun des pays de la planète d’ici à la prochaine Assemblée générale. En Afrique, on part de loin puisque moins de 4% de la population du continent a reçu une première dose. Publicité

Si l’Afrique a recensé 8 millions de cas de Covid et 200 000 morts depuis le début de l’épidémie, ce sont respectivement huit et six fois moins qu’en Europe. Mais si le nombre de nouveaux cas baisse depuis quatre semaines à l’échelle du continent, ce ralentissement est beaucoup plus lent que lors de la première vague.

On dénombre encore en une semaine 110 000 nouveaux cas et 3 000 morts dus au coronavirus, principalement en Afrique du Sud, au Maroc, en Libye, en Tunisie et en Éthiopie. Seize pays sont par ailleurs en pleine troisième vague et les cas sont en augmentation en Angola, au Bénin ou en Côte d’Ivoire.

Retard de livraisons pour l’Afrique

C’est pourquoi les scientifiques de l’OMS sont inquiets. Ils craignent une résurgence brutale de l’épidémie dans les mois qui viennent, à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Car les populations d’Afrique sont pour l’heure très peu vaccinées : 3 à 4% ont reçu une première dose, contre 60% dans les pays riches qui en sont déjà à leur troisième injection. Certains pays comme le Burundi ou l’Érythrée n’ont même pas commencé la campagne de vaccination anti-Covid.

Plus que la résistance des populations au vaccin, c’est le retard des livraisons à l’Afrique qui est en cause : il manque 500 millions de doses au dispositif Covax pour qu’il atteigne son objectif, à savoir vacciner 40% de la population africaine d’ici à la fin de l’année.

La solidarité internationale, que nous avons appelé d’ailleurs de tous nos vœux, a failli. Nous avons vu chaque pays jouer plus ou moins en solo. C’est une situation qui risque malheureusement de se retourner contre tout le monde.

Source :http://rfi.fr