Coronavirus en Grande-Bretagne : pourquoi cette nouvelle flambée de cas ?

Réagir
Vers une possible reprise de l’épidémie de Covid-19 ? Les indicateurs ont tendance à remonter ces derniers jours. Au Royaume-Uni aussi, on s’inquiète à cause d’une forte poussée de nouveaux cas. Quelles en sont les raisons ?

Une nouvelle vague de coronavirus inquiète en France, car les indicateurs ont tendance à remonter ces derniers jours. Au Royaume-Uni aussi, une forte poussée des nouveaux cas a également été constatée. Rien que sur la journée de dimanche, la barre des 45.000 cas a été atteinte. (+ 15% en une semaine). 

Depuis sept jours, les contaminations sont en hausse. C’est une augmentation inquiétante, même si, en réalité, le nombre de contaminations est élevé ici depuis plusieurs mois. Cet été, on tournait autour de 30.000 cas par jour, mais le fort taux de vaccination du pays a permis aux malades de ne pas développer de formes graves. 

Actuellement, on constate quand même une augmentation des admissions dans les hôpitaux : 900 nouvelles admissions rien que dimanche. Pour l’instant, les services de santé font face. Mais comme nous entrons dans l’hiver, les maladies saisonnières refont surface. Certains scientifiques appellent à remettre des restrictions dans le pays. 

L’abandon des restrictions en cause ?

L’abandon des gestes barrières et des restrictions au début de l’été en est-il en cause ? En partie. Depuis le 19 juillet, le premier ministre Boris Johnson a aboli toutes les restrictions. Cela veut dire plus de masques obligatoires, même en intérieur, plus de jauge dans les théâtres, les cinémas, ou par exemple, dans les transports en commun. 

Le masque n’est plus obligatoire, sauf à Londres, où il est vivement recommandé de le porter. Une consigne très peu respectée aujourd’hui. L’une des autres explications possibles pourrait venir de l’efficacité du vaccin sur la longueur. La campagne a débuté en décembre de l’année dernière. Ici, près de 80% de la population a déjà reçu deux doses. Et certains scientifiques mettent en doute l’efficacité du vaccin sur la longueur.  

Source : http://rtl.fr