Vaccination obligatoire : environ 15.000 soignants suspendus, selon Olivier Véran

React
POINT D’ÉTAPE – Olivier Véran a affirmé mercredi que 0,6% des soignants français étaient actuellement suspendus à cause de leur refus de se faire vacciner. Cela concerne « probablement 15.000 » personnes environ, a-t-il précisé.

Depuis le 15 septembre dernier, les personnels soignants non-vaccinés contre le Covid-19 voient leur contrat de travail suspendu. Si cette menace a convaincu une immense majorité d’entre eux de franchir le pas, plusieurs milliers de personnes refusent encore de se faire inoculer le vaccin. Selon le ministère de la Santé, plus de 99% des personnes concernées ont désormais reçu au moins une dose. Invité de France Info ce mercredi, Olivier Véran a donné davantage de précisions, estimant à 0,6% la part des soignants français actuellement suspendus. Concrètement ce sont donc entre « 10.000 et 15.000 » professionnels qui se retrouvent en incapacité d’exercer. Probablement plus « aux alentours de 15.000 », confie le ministre de la Santé. 

Pour autant, le gouvernement relativise l’importance et l’impact de ces chiffres. Un « nombre conséquent » de soignants récalcitrants vont « finir par se faire vacciner » et revenir dans le circuit, estime ainsi le successeur d’Agnès Buzyn avenue Duquesne. « On était à 0,9% de soignants qui étaient suspendus ou susceptibles de l’être. On est descendus aujourd’hui à 0,6% et on va continuer de descendre », argue-t-il, continuant de faire preuve d’optimisme. « Ceux qui font le choix de démissionner sont vraiment l’exception. Ils représentent environ 0,1% du personnel soignant, entre 1500 et 2000 personnes. C’est à la fois beaucoup et très peu », ajoute-t-il chez nos confrères. « Le plus important, c’est que les hôpitaux n’ont pas fermé. Les Ehpad n’ont pas fermé. Il n’y a pas eu de transfert massif de malades et tout le monde a été responsable », conclut le ministre. 

Selon les dernières données de Santé Publique France, les infirmiers sont – en moyenne – moins vaccinés (94% des salariés, 95% des libéraux) que leurs confrères médecins (98%). 

La semaine dernière, la Haute autorité de Santé (HAS) a recommandé d’administrer une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 à tous les soignants. Le gouvernement n’a pas encore tranché si cette nouvelle injection serait ou non obligatoire. 

Source : http://lci.fr