Coronavirus : Allemagne, Autriche, Pays-Bas… Ces pays Européens en difficulté face à une nouvelle vague

Réagir

La pandémie de coronavirus s’accélère en Europe, avec une hausse notable des contaminations et des hospitalisations sur le continent, à tel point qu’il a repris son triste titre d’épicentre de l’épidémie.

«Les cas, les hospitalisations et le nombre de morts devraient tous augmenter au cours des deux prochaines semaines», a souligné le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) dans sa dernière évaluation des risques. Certains pays font ainsi l’objet d’une grande inquiétude de la part des autorités sanitaires.

LES PAYS-BAS

Face à un nombre record de nouvelles contaminations, les Pays-Bas ont été classés dans la catégorie «situation très inquiétante» par l’ECDC. Jeudi 11 novembre dernier, le pays ont annoncé 16.364 nouveaux cas de Covid au cours des dernières 24 heures, battant ainsi le précédent record de 12.997 cas établi en décembre 2020.

Avec l’augmentation des contaminations, les hospitalisations sont également en hausse, et les hôpitaux ont déjà fait savoir qu’ils ne pourraient pas affronter l’hiver et la pandémie dans les conditions actuelles. Cette hausse très marquée des contaminations a lieu alors que 82% des Néerlandais de plus de 12 ans sont vaccinés.

La baisse d’efficacité des vaccins au cours du temps peut ainsi expliquer ce rebond épidémique, face auquel le gouvernement a décidé d’agir : vendredi 12 novembre, le premier ministre néerlandais a annoncé la réintroduction d’un confinement partiel, pendant au moins trois semaines. Les bars, les restaurants et les magasins jugés «essentiels», comme les supermarchés, fermeront à 20h, tandis que les commerces non-essentiels devront baisser le rideau à 18h. Le télétravail est fortement encouragé, et les citoyens sont invités à ne pas accueillir plus de quatre personnes chez eux. 

LA BULGARIE

La Bulgarie affronte une forte quatrième vague de la pandémie, et dénombre 170 morts par jour de la maladie en moyenne sur sept jours glissants. Le taux de mortalité y est un des plus élevés au monde, en partie à cause de la vétusté du système de santé, mais aussi de la très faible vaccination : seulement 23% de la population a reçu ses deux doses de vaccin, ce qui en fait l’un des pays de l’Union européenne les moins vaccinés.

L’instabilité politique qui règne depuis plusieurs mois dans le pays joue également un rôle, puisque les Bulgares sont appelés ce dimanche pour la troisième fois à voter pour les élections législatives cette année, les deux derniers scrutins n’ayant pas permis de former une coalition. Face à la méfiance de la population quant aux vaccins et à la pandémie, les candidats se sont gardés, pendant la campagne, de promouvoir des mesures de restrictions strictes pour faire face à la pandémie, et les débats se sont plutôt concentrés sur la lutte contre la corruption et l’amélioration du système de santé. 

LA BELGIQUE

Comme les Pays-Bas et la Bulgarie, la Belgique fait partie des pays où la situation est jugée «très préoccupante» par le Centre européen de contrôle des maladies. La France a même décidé de renforcer les conditions d’entrée sur le territoire français depuis la Belgique.

Certains chiffres alarment les autorités sanitaires : le taux de positivité des tests s’élève à 12,7% ; le pays a enregistré en moyenne 10.000 nouveaux cas coronavirus par jour cette semaine, un nombre en hausse de presque 40% par rapport à la semaine précédente. Pourtant, 74% de la population belge est totalement vaccinée. Avec l’importance de cette nouvelle vague, la Belgique devient l’un des pays où le virus circule le plus dans le monde.  

L’AUTRICHE

Le nombre de cas de coronavirus bat aussi des records en Autriche, où la situation est jugée «préoccupante» par le Centre européen des maladies. Une hausse des contaminations qui peut s’expliquer par le taux de vaccination complète d’environ 65%, qui se situe en dessous de la moyenne européenne (67%) et bien en dessous de pays comme l’Espagne (79%) ou même de la France (75%).

Pour faire face à cette hausse et encourager à la vaccination, le chancelier autrichien a annoncé dimanche l’entrée en vigueur d’un confinement pour les personnes non vaccinées ou qui n’ont pas contracté récemment le Covid-19. Les non-vaccinés de 12 ans et plus n’auront plus de droit de sortir de chez eux dès ce lundi, hormis pour aller faire leurs courses, faire du sport ou se rendre à des rendez-vous médicaux. Les effets de cette mesure seront ensuite évalués dans une dizaine de jours.  

L’ALLEMAGNE

«Je suis très préoccupée par la situation. Nous sommes confrontés à des semaines difficiles. Nous avons besoin d’un effort national pour briser la lourde vague automnale et hivernale de la pandémie», a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel ce samedi. Le même jour, l’institut de veille sanitaire Robert Koch a recensé 45.081 nouveaux cas et 228 décès en 24 heures en Allemagne. Jeudi 11 novembre, le pays avait même enregistré son record de nouveaux cas quotidiens depuis le début de la pandémie, avec 50.196 nouvelles infections. 

En Allemagne, 67,5% de la population a reçu deux doses de vaccin, loin de 75% visés et de ses pays voisins. La chancelière s’est donc déclarée en faveur de la dose de rappel du vaccin. 

QUID DES AUTRES PAYS EUROPÉENS ? 

Le Centre européen des maladies a indiqué que dix pays de l’Union européenne se trouvaient dans une situation «très inquiétante» (la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l’Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie) ; une dizaine d’autres dans la catégorie «inquiétante» (l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Finlande, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovaquie) ; trois pays se trouvent dans la case «inquiétude modérée» (France, Portugal, Chypre) et enfin, quatre pays en «inquiétude faible» (Italie, Espagne, Suède et Malte). 

Source :http://cnews.fr