Un virus issu du Delta se propage en Russie et pourrait menacer l’Afrique

Réagir

Une nouvelle souche du variant Delta du Covid-19 se propage actuellement en Russie et dans certains pays européens. Elle a le potentiel de créer une autre vague de coronavirus à destination de l’Afrique.

Le variant « Delta plus », appelé aussi AY.4.2, a été signalé en Russie à la fin octobre, alors que Moscou était sujette à un confinement pour lutter contre la propagation du variant Delta principal. La Russie et les pays voisins enregistraient des taux d’infection records dus au variant Delta avant l’apparition de l’AY.4.2.

Une analyse précoce montre que la nouvelle souche est environ 10 % plus infectieuse que la souche mère. AY.4.2 est l’un des 55 virus issus du variant Delta identifiés jusqu’à présent, et c’est le plus infectieux. Chaque cas d’infection de Covid-19 a le potentiel de créer de nouveaux variants qui peuvent contourner l’immunité.

Comme les autres variants, la raison du succès de l’AY.4.2 est due aux mutations de certains péplomères. Les péplomères sont les outils utilisés par le virus pour forcer l’ouverture des cellules afin de pouvoir se reproduire à l’intérieur.

Jusqu’à présent, l’Organisation mondiale de la santé n’inclut pas AY.4.2 dans ses listes de variants d’intérêt ou de variants préoccupants. S’il était placé dans ces listes, cela indiquerait que son taux de transmission est élevé.

AY.4.2 a aussi été signalé au Royaume-Uni et dans plusieurs autres pays européens. Bien que l’empreinte d’AY.4.2 reste faible, elle augmente graduellement, ce qui suggère qu’il a un avantage sur la souche mère, selon les déclarations sur Twitter du Dr Jeffrey Barrett de l’institut Wellcome Sanger.

Certains chercheurs du Covid-19 espéraient que le variant Delta initial, qui avait rapidement dominé la planète vers la mi-2021, aurait une probabilité maximale de transmettre le coronavirus. Danny Altmann, professeur d’immunologie à l’Imperial College London (Royaume-Uni), a déclaré sur CNBC que la souche AY.4, qui inclut AY.4.2, « pourrait commencer à mettre en doute cette affirmation ».

AY.4.2 est apparu, bien que très rarement, en Afrique du Sud, selon le Dr  Tulio de Oliveira, directeur du Centre pour la réponse et l’innovation épidémiques à l’université de Stellenbosch.

« Aucune raison de s’alarmer pour le moment – la surveillance et la vigilance continues sont importantes », a affiché le Dr de Oliveira dans un fil de discussion de Twitter en octobre.

Les responsables africains de la santé publique restent préoccupés par l’approche d’une autre vague d’infections, qui pourrait commencer avant la fin du mois et être poussée par les fêtes de fin d’année.

Entre-temps, l’Organisation mondiale de la santé et les Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies lancent une surveillance au niveau de la communauté afin de déceler les épidémies de Covid-19 et les interrompre avant qu’elles ne se développent.

« Nous n’avons certainement pas atteint la ligne d’arrivée de cette pandémie », a déclaré le Dr Rebecca Moeti, directrice régionale de l’OMS-Afrique, dans une conférence de presse récente.

Source :http://adf-magazine.com